Le mois dernier, Cynthia, responsable communication a pu interroger Marguerite, anciennement designer au sein de la structure. Elle a donc pu nous éclairer sur cette fonction et nous faire part de ce que lui a apporté le poste d’intervenante dans la Junior-Entreprise.

Bonjour Marguerite, tu étais donc, designer et maintenant es responsable qualité au sein de SEPEFREI. J’ai quelques questions à te poser pour que tu fasses découvrir à notre auditoire les missions qu’un designer a, au sein d’une Junior-Entreprise. 
Pour commencer, en quoi consistent tes missions ?

Marguerite : en tant que designer à la SEP, je suis en charge du design des projets en cours. Lorsqu’une étude est signée, le chef de projet me transmet le cahier des charges du client. Je dois alors réaliser, selon leur charte graphique, ce qui se doit d’être fait. Cela peut être du web design (pour un site), des affiches, etc. Au cours de chaque mission, je n’interagis qu’avec le chef de projet et le développeur. Je n’ai aucun contact avec le client.

Comment se déroule une étude ?
Marguerite :
 le chef de projet contacte dans un premier temps le client pour recueillir son besoin. Une fois l’étude signée et le cahier des charges complet, il me contacte. Je choisis alors de participer ou non au projet. Après acceptation, le chef de projet m’envoie le document fixant les modalités d’exécution des tâches. Je fais une première maquette « mock-up ». Trois aller-retours s’ensuivent et me permettent d’avoir des précisions sur ce que veut le client. S’il souhaite un aller-retour de plus, il devra payer un avenant sur l’étude (c’est un papier permettant de rajouter des étapes dans la réalisation de l’étude).

En quoi tes missions te plaisent‐elles ? 
Marguerite :
 ce qui me plaît le plus dans ce métier c’est le côté artistique que l’on peut en tirer. La sensibilité artistique du designer est primordiale pour tout type de projet. D’autant plus que nous n’avons pas la même responsabilité que le chef de projet. C’est peu stressant, car c’est le chef de projet qui manage l’étude. C’est également intéressant d’avoir une expérience au sein de la Junior-Entreprise. Cela ouvre de nombreuses portes, notamment en free-lance ou tout simplement, au sein d’une entreprise dans l’avenir. SEPEFREI est une aventure professionnelle, mais avant tout humaine. Même si mon poste ne me permet pas d’avoir la même expérience qu’un chef de projet, j’ai pu bénéficier d’une vision d’ensemble de la Junior et cela est réellement très enrichissant, d’un point de vue personnel et professionnel.
L’apport pédagogique est incontestable. Chaque personne de la Junior apprend à maîtriser de nouveaux outils importants à chaque projet ; les attentes sont différentes à chaque fois. Il est de notre devoir en tant que membre de la JE de s’adapter aux différentes études. D’où l’importance de se tenir au courant des évolutions et de communiquer avec son équipe (chef de projet, développeur et traducteur parfois) afin de s’adapter au mieux aux besoins du client. 


Comment est organisé ton travail avec celui des autres membres ?
Marguerite :
 on travaille « main dans la main » avec le développeur et le chef de projet. C’est le chef de projet qui va nous servir d’intermédiaire avec le client. Une fois que le bilan est donné au chef de projet, ce dernier transmet la maquette au développeur qui communique avec moi pour plus de précisions. Dans le cas où des problèmes sont rencontrés, on demande aux membres du Conseil d’administration.


Quelles sont les qualités personnelles requises pour exercer ton poste ? 
Marguerite :
 selon moi, la qualité essentielle est la créativité. Il ne faut pas limiter ses idées et être sans arrêt au courant des changements de tendances et d’outils de création. La rigueur et le travail en équipe sont également des piliers fondamentaux pour la réussite à ce poste. Nous sommes sans cesse amenés à travailler avec d’autres membres de la Junior-Entreprise et à revoir nos réalisations si le client n’est pas satisfait de nos maquettes.


Cette fonction te permet-elle d’envisager une évolution au sein de la structure, et en dehors ? 
Marguerite :
 l’évolution est possible d’un point de vue de la Junior-Entreprise. Acquérir un poste au sein de la structure, nous permet de voir comment cette dernière est organisée. Cela peut nous permettre d’accéder à tous les autres postes (chef de projet, membre du conseil d’administration, etc). 
D’un point de vue professionnel hors JE, effectuer ce genre de missions permet aux étudiants d’acquérir une expérience complémentaire à leurs études. 
Si l’on veut se professionnaliser dans le design, cela facilite évidemment l’accès aux branches de design et n’est pas négligeable sur le CV. Le fait d’être designer, m’ouvre tout de même de nombreuses portes dans le mouvement des Junior-Entreprises, mais aussi au-delà. 


Merci Marguerite, d’avoir pris le temps de répondre à toutes ces questions. Et on se retrouve la semaine prochaine pour découvrir un nouveau portrait d’un membre de la structure. 

Catégories : Design