Ruben Nabet, développeur au sein de SEPEFREI, a pu répondre à une succession de question sur son poste. Il a donc pu nous éclairer sur cette fonction et nous faire part de ce que lui a apporté le poste d’intervenant dans la Junior-Entreprise.

  • Présente-toi en quelques mots
    Ruben : Je m’appelle Ruben, j’ai 22 ans et je suis en Master 1 Software Engineering à l’EFREI Paris. Je suis développeur et analyste au sein de SEPEFREI depuis avril 2020. Je suis surtout orienté technologies du web, parce que c’est tout simplement ce que je préfère. Mais cela ne m’empêche pas d’être passionné d’autres domaines en informatique, tels que la sécurité, la recherche et d’autres technologies de ce milieu.
    Je passe une grande partie de mon temps libre à coder, c’est une véritable passion qui rythme mon temps libre assez fréquemment. On peut prendre l’exemple des trois mois de confinement qui m’ont servi à écrire un Bot Discord, ce dernier étant aujourd’hui à « deux doigts » d’avoir le statut vérifié. Cela dit, il m’arrive aussi de développer en freelance pour des clients personnels.
    Hormis ma passion pour les nouvelles technologies, je fais de la production de musique et j’aime beaucoup le sport.
  • Sur combien d’études as-tu travaillé jusqu’à présent ?
    Ruben : Mon arrivée à SEPEFREI est encore relativement récente, donc je n’ai eu le temps d’être pris comme développeur que sur une seule étude. Cela dit, j’ai eu l’occasion de faire la partie analytique sur plusieurs études potentielles, mais toutes n’ont pas nécessairement abouti.
  • Qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre la SEP ?
    Ruben : Je dirais que la décision vient de deux choses.
    D’abord, une chose essentielle pour être développeur selon moi, c’est d’être passionné par l’informatique. J’adore coder. C’est un élément qui me paraît vital pour être un intervenant de ce type. À force de coder, et par extension d’apprendre des technologies pour des projets plus ou moins personnels, je suis arrivé à un stade où il m’est devenu possible de capitaliser sur ces compétences de développeur. Je peux donc m’en servir pour faire des prestation, à un niveau plus professionnel.
    Ensuite, il y a le fait qu’un certain nombre de mes amis proches ont été pris au sein de la structure dont certains en tant que développeurs. Ils m’ont fait part de leur expérience et m’ont donné envie de rejoindre l’aventure de la Junior-Entreprise. Cela nous permet d’appliquer concrètement les compétences apprises théoriquement à l’école.
    Il faut savoir aussi que j’avais déjà vécu une partie de l’expérience de Junior-Entrepreneur il y a quelques années quand j’avais postulé comme Chef de Projet.
  • Qu’as-tu appris jusqu’à présent ?
    Ruben : Le peu de temps que j’ai passé chez SEPEFREI m’a appris une chose essentielle : il ne faut jamais hésiter à faire entendre au client que l’on ne comprend pas ce dont il a besoin. Comme la plupart des clients ne sont pas issus du milieu de l’informatique, ils ne sont pas toujours conscients des informations dont un développeur a besoin, ni de la difficulté de ce qu’ils peuvent demander.
    Tel est le conseil que je donnerais à d’éventuels autres développeurs au sein de SEPEFREI et, plus généralement dans d’autre structures. C’est une des choses que j’ai appris dans un premier temps, en effectuant une mission.
  • Que conseillerais-tu à une future recrue ? Selon toi, quelles sont les qualités essentielles à avoir pour être un bon développeur ?
    Ruben : Certains diront qu’il faut vraiment aimer le code, avoir une soif d’apprendre infinie et être à l’affût de nouvelles technologies. Certes, le fait de garder un œil sur l’évolution des technologies est important, mais pour peu qu’on reste dans le milieu du développement, c’est quelque chose qui se fait en général « tout seul » soit par la force des choses, soit parce que nos intérêts évoluent.
    Personnellement, je pense que le plus important est de garder de la motivation, de la rigueur et de l’intérêt envers la mission qui nous est confiée au sein d’une Junior-Entreprise.
  • Pourrais-tu me dire, dans les grandes lignes, l’organisation du travail de développeur au sein de SEPEFREI ?
    Ruben : Avant de signer la convention, le plus important est de se renseigner sur les technologies qui répondent aux besoins du client mais aussi à nos compétences en tant que développeur.
    Pour ce qui est de la phase de développement, j’aime personnellement beaucoup travailler avec la méthode Agile. Le fait d’avoir rapidement et régulièrement des retours du client, permettent d’éviter de « jeter » des semaines, voire des mois de travail à la poubelle. Tout ça implique, une bonne communication en interne avec les autres développeurs potentiels de l’étude, le Chef de Projet qui donne les retours du client, ainsi qu’avec le designer, pour être le plus efficace possible et éviter de perdre du temps à s’attendre entre nous.
    Un grand merci pour ce témoignage Ruben, nous te souhaitons le meilleur pour la suite !